En équilibre entre dessin, peinture, collage, gravure, numérique et volume, la pratique de Tiffany Vailier se déploie dans la multiplicité des techniques, et la variété des supports. Sa maîtrise globale des outils plastiques et l’acuité de son regard alimentent son attachement au récit et son besoin viscéral de profusion. Séquences narratives, éclatées ou diffractées, écriture graphique fertile, palette chromatique ample, jouent en précision avec l’espace de composition. Son processus est à chaque œuvre conditionné par l’iconographie qu’elle met en scène et lui offre la possibilité de questionner la manière de figurer avec une force décomplexée. Dans ses compositions, elle privilégie le corps, saisi en solo ou en collectif, et toujours approché par un feuilletage complexe. Matériaux bruts et alternatifs (plexiglas plié, bois, textile ajouré et papier) supportent ses interventions graphiques énergiques : les corps représentés acquièrent alors un dynamisme né de transparences et de textures composites, de surfaces palimpsestes qui racontent une complexité expressionniste, mais qui préservent la vitalité du geste et la profondeur des lectures.

 

Cette approche du corps traque une forme de circulation entre les êtres, une étude des forces structurantes qui caractérisent chaque personne, et les liens physiques et spirituels qui les unissent.

 

Renouvelant inlassablement son expression, ses recherches actuelles déploient sa ligne dans l’espace avec des créations en volume et des scénographies qui interrogent aussi la posture du spectateur et produit des chimères extrêmement étranges.